PDA

Voir la version complète : arbre de Judée



verodu73
02/01/2012, 14h25
Je viens de découvrir cet article qui m'arrange bien puisque j'ai transplanté mon Cercis siliquastrum près de mes poiriers , pommiers et pruniers :
"plantation d'arbre de Judée près des vergers. En effet, l'arbre de Judée est parasité par une espèce de psylle nommée « psylle de l'arbre de Judée » (Psylla pulchella) principalement visible sur l'arbre au milieu du printemps et migrant en juin. Les prédateurs de ce psylle, des punaises du genre anthocoris, se rabattent alors sur les proies les plus proches et permettent ainsi de procéder à une lutte biologique contre les psylles du pommier, du poirier ou de l'olivier."
C'est bon ça !:)

heimdall
02/01/2012, 15h27
Près des poiriers et pommiers il ne faut pas hésiter à planter des arbres de Judée, des sureaux, des viornes obier, des noisetiers ... (tout le monde devrait avoir un sureau dans son jardin)
Il ne faut surtout pas de genévrier près d'un poirier à cause du risque de rouille grillagée.
On ne plante surtout pas de photinia, cotoneaster, cognassier du Japon, pyracantha dans un verger, car ces plantes refilent toutes sortes de maladies et de ravageurs aux pommiers, poiriers, néfliers commun et cognassier commun (entomosporiose, tavelure, feu bactérien etc etc ...).

Attention aussi à ne pas planter de variétés de pins américains à coté de groseilliers, car ils peuvent attraper la rouille du pin blanc.

Pepe10
02/01/2012, 15h54
Mais les hannetons adorent les feuilles de l'arbre de Judée... alors les "vers blancs" seront pas loin... à gérer avec les plantes aux racines vulnérables...

verodu73
02/01/2012, 16h43
Près des poiriers et pommiers il ne faut pas hésiter à planter des arbres de Judée, des sureaux, des viornes obier, des noisetiers ... (tout le monde devrait avoir un sureau dans son jardin)
Il ne faut surtout pas de genévrier près d'un poirier à cause du risque de rouille grillagée.
On ne plante surtout pas de photinia, cotoneaster, cognassier du Japon, pyracantha dans un verger, car ces plantes refilent toutes sortes de maladies et de ravageurs aux pommiers, poiriers, néfliers commun et cognassier commun (entomosporiose, tavelure, feu bactérien etc etc ...).

Attention aussi à ne pas planter de variétés de pins américains à coté de groseilliers, car ils peuvent attraper la rouille du pin blanc.

merci pour ces précisions Heimdall , c'est très intéressant de connaître les bonnes associations :)

zebulon
02/01/2012, 19h05
passionnant !
tu devrais faire un chapitre là dessus Heimdall

et moi qui ai arrache mon sureau ! bon les oiseaux vont me rapporter des graines

opusoculi
03/01/2012, 02h14
Par contre on évitera la proximité du Lilas et des arbres fruitiers.
Le Lilas est souvent un réservoir du Pseudomonas syringae, une bactérie responsable du chancre bactérien sur les arbres fruitiers à noyau et même sur Pommier. Ces arbres sont contaminés quand ils sont blessés ou affaiblis par des conditions difficiles ou aussi en fin de vie.
Il faut penser à nettoyer nos outils de taille à l'eau de Javel quand nous passons d'un arbre à un autre.

papiverger

Line580
03/01/2012, 10h59
Il faut penser à nettoyer nos outils de taille à l'eau de Javel quand nous passons d'un arbre à un autre.

Je préfère l'alccol à brûler L'eau de javel favorise l'oxydation des outils

opusoculi
03/01/2012, 12h17
Et oui, mais l'alcool ne détruit pas tout !
Après la javel sécher et huiler l'outil.

Pepe10
03/01/2012, 12h21
Et oui mon Pupuce ! L'alcool à brûler n'est pas un désinfectant pur et dur... mieux vaut du costaud avec un bon rinçage et séchage des outils !

Sand2Bx
05/01/2012, 10h12
Bon sang, j'ai des lilas juste à côté d'un énorme cerisier. :s

opusoculi
05/01/2012, 12h16
Bon sang, j'ai des lilas juste à côté d'un énorme cerisier. :s

Dans un bon sol bien profond , souvent il ne se passe rien. Quand le sol est lourd et imperméable en profondeur Pseudomonas syringae se développe (on voit des plaies se former sur le tronc et le feuillage de certaines branches se crispe . les branches meurent les unes après les autres).
J'ai vu un Lilas en terrain humide contaminer les végétaux à l'intérieur d'une serre tunnel
qui avait été placée trop près.

Sand2Bx
05/01/2012, 12h35
Il est placé en bordure de la maison, sur un monticule de terre. Je vais observer ça de plus près lorsque la pluie et le vent auront cessé. Dieu qu'on est bien à l'intérieur en ce moment ! :Biz: PapiBonsConseils

Thomdom
06/01/2012, 00h25
Par contre on évitera la proximité du Lilas et des arbres fruitiers.r

Je vais en parler à mon voisin qui se plaint de ne plus avoir d'abricots (il m'a dit qu'ils se formaient mais n'arrivaient plus à maturation) et je sais qu'il a de nombreux lilas juste à côté.
Est-ce que tu crois que le symptôme correspond ?

heimdall
06/01/2012, 06h41
Souvent les fruitiers ne donnent pas parce qu'ils ne sont pas dans des conditions favorables, et il ne faut pas forcément y voir une maladie.
Un lien de l'INRA utile:
http://www.inra.fr/hyp3/pathogene/3pssysy.htm

zebulon
06/01/2012, 08h20
on ne va pas pour autant abattre nos lilas ! c'est si joli au printemps et ça sent si bon!on va les surveiller c'est sur !

heimdall
06/01/2012, 08h32
Personnellement j'ai un lilas à 3m d'un cerisier, mais dans un sol fertile et bien drainé. Il faut simplement suivre le bon sens et installer des plantes adaptées au sol et au climat.

verodu73
06/01/2012, 09h56
très intéressant cette discussion , je vais mettre mon lilas un peu plus loin , c'est tout à fait faisable encore , merci pour ces bons conseils bien utiles :)

Sand2Bx
06/01/2012, 10h30
Voilà qui me rassure, le sol est super bien drainé à cet endroit et le cerisier donne bien (sauf que les petits oiseaux..).

opusoculi
09/01/2012, 00h14
Je vais en parler à mon voisin qui se plaint de ne plus avoir d'abricots (il m'a dit qu'ils se formaient mais n'arrivaient plus à maturation) et je sais qu'il a de nombreux lilas juste à côté.
Est-ce que tu crois que le symptôme correspond ?

Pseudomonas syringae , le symptôme ce sont les feuilles déformée crispées et quand une branche est atteinte elle ne fleurit même plus et dépérit grave en entier.

La maladie la plus courante des Abricotiers est le Monillia. Que le pédoncule des fruits soit atteint est assez typique. Le Monillia se développe dès la floraison , puis on voit les feuilles de quelques bouts de branches sècher en mars et avril, d'autant plus s'il pleut.
Le traitement préventif à l'oxychlorure de cuivre (ou éventuellement la bouillie bordelaise) se fait en hiver et particulièrement au gonflement des bourgeons floraux qui a lieu très tôt dans le Languedoc Roussillon.
Ce n'est que préventif... le succès dépend beaucoup des qualités de la pulvérisation qui doit être fine abondante jusqu'à imprégnation de tous les bois et ruissellement sur le tronc; on pulvérise toujours par dessous, c'est capital !

Voilà ma chère, tu imprimes l'ordonnance et tu la remets à ton voisin avec les bons voeux de papiverger.

FMR25
10/01/2012, 05h38
Puisqu'il est question d'association d'arbres au verger, je me permets de revenir sur mon problème de rouille grillagée du poirier.
Je n'ai plus actuellement qu'un seul Junipérus (j'en ai fait arracher 2 à mon mari, je n'aime pas trop l'odeur de ces arbres au soleil...) et il est à vol d'oiseau à environ 80 mètres du poirier malade.
Les 2 autres étaient beaucoup plus proches. Pensez-vous que ce soit lui qui soit en cause ? A ma connaissance, il ne doit pas y en avoir de plus proche dans le voisinage.

opusoculi
11/01/2012, 19h50
AH!!! lequel contamine l'autre ? Qui a commencé ?
Si je désigne un coupable, je signe son arrachage ...c'est ça ?

S'il est à 80m et le poirier sous le vent dominant la contamination continuera.
Remarque bien que cette contamination est réciproque.

Il faudrait observer si le Genévrier présente des nodosités , des sortes de boules sur le bois et les branche moyennes qui seraient des sortes de réservoirs ( je n'ai lu ça qu'une fois , cela reste donc à confirmer).
Si Junipérus n'est pas en parfaite santé, ou en surnombre...C'est que ...
Je ne voudrais pas avoir la mort de Juniperus sur la conscience !

FMR25
12/01/2012, 13h46
Merci Opusoculi pour ce complément d’information, c’est ce que j’ai lu moi aussi quelque part .
Le poirier est à un endroit relativement abrité et le Junipérus est en plein vent.
Extérieurement, ce Junipérus semble malheureusement en parfaite santé : c’est un monstre de 4 m de long sur près de 2 de large et 1,30 m de haut , adossé au barbecue, donc pas du tout facile d’accès. Je n’ai jamais vu le pied ni les branches et comme je suis allergique à son feuillage, je l’évite au maximum.

Il n’y a que les hérissons et les chats qui vont là-dessous ! Je ne suis pas sûre que mon Frise Poulet acceptera de coopérer sur ce coup là… T’imagine le chat équipé d’une lampe frontale et d’une Webcam qui va ausculter le Junipérus ! ! !

Mon mari m’a dit qu’il serait plus simple d’abattre le poirier et moi c’est le Junipérus que je ne peux pas saquer ! J’arriverai peut-être à écarter un peu le feuillage avec des râteaux... Rien que d’y penser ça me démange déjà sur les avant-bras !

Thomdom
12/01/2012, 14h10
Merci Heimdall. C'est vrai que le bon sens est primordial mais en avons-nous toujours assez ???


Pseudomonas syringae , le symptôme ce sont les feuilles déformée crispées et quand une branche est atteinte elle ne fleurit même plus et dépérit grave en entier.

La maladie la plus courante des Abricotiers est le Monillia. Que le pédoncule des fruits soit atteint est assez typique. Le Monillia se développe dès la floraison , puis on voit les feuilles de quelques bouts de branches sècher en mars et avril, d'autant plus s'il pleut.
Le traitement préventif à l'oxychlorure de cuivre (ou éventuellement la bouillie bordelaise) se fait en hiver et particulièrement au gonflement des bourgeons floraux qui a lieu très tôt dans le Languedoc Roussillon.
Ce n'est que préventif... le succès dépend beaucoup des qualités de la pulvérisation qui doit être fine abondante jusqu'à imprégnation de tous les bois et ruissellement sur le tronc; on pulvérise toujours par dessous, c'est capital !

Voilà ma chère, tu imprimes l'ordonnance et tu la remets à ton voisin avec les bons voeux de papiverger.

Je vous dois combien Docteur Papiverger ? J'espère que vous être conventionné.

heimdall
12/01/2012, 18h01
Moi j'attends de voir des photos du poirier, déjà pour savoir si c'est bien de la rouille grillagée ou autre chose. Quand un genévrier est atteint on observe des masses gélatineuses orangées qui ne laissent pas de doute.

opusoculi
12/01/2012, 22h02
elles y sont dans son album! et les 2 photos du Poirier sont typiques . c'est pour ça que je demandais l'état des branches du Genévrier.

Mais si elle est allergique...

opusoculi
12/01/2012, 22h08
Je vous dois combien Docteur Papiverger ? J'espère que vous être conventionné.

Dans ces cas là, l'unité de compte est la bise.

verodu73
13/01/2012, 06h13
Moi j'attends de voir des photos du poirier, déjà pour savoir si c'est bien de la rouille grillagée ou autre chose. Quand un genévrier est atteint on observe des masses gélatineuses orangées qui ne laissent pas de doute.

bon à savoir , les miens ne sont donc pas atteints !

heimdall
13/01/2012, 06h18
Autant pour moi je n'avais pas vu les albums. En effet aucun doute sur la rouille grillagée. J'ai trouvé un lien sur la sensibilité des variétés de genévrier:

http://www.jardinsuisse.ch/fileadmin/user_upload/download/Pflanzenschutz/WirtspflanzendesGitterrostes.pdf

FMR25
13/01/2012, 16h42
Moi j'attends de voir des photos du poirier, déjà pour savoir si c'est bien de la rouille grillagée ou autre chose. Quand un genévrier est atteint on observe des masses gélatineuses orangées qui ne laissent pas de doute.

Des masses gélatineuses orangées … ? j’en trouve tous les ans, courant Août je crois – collées sur les pavés de l’allée, toujours au même endroit et je pensais qu’elles venaient d’un prunus car c’est le seul arbre qui déborde largement au-dessus de l’allée à cet endroit (un hêtre pleureur est dans le voisinage aussi).
Ce n’est pas du tout dans le coin du Junipérus ni du poirier. Pensez-vous que d’autres arbres pourraient faire partie de la chaîne de contamination ?

opusoculi
13/01/2012, 17h39
Là, FRM25 , il s'agit probablement d'autre chose. La rouille grillagée à ma cnnaissance ne concerne que les deux espèces citées.