Inscrivez-vous gratuitement
pour recevoir les newsletters gratuites et profiter des
avantages des membres
vendredi 24 mai 2019 Menu

Poésie des mousses au jardin

écrit par

Sauvages ou soigneusement entretenues dans l’esprit zen des jardins japonais, les mousses colonisent les coins d’ombre et enchantent le jardinier par leur douceur et leurs multiples nuances de vert.

Savez-vous que l’on dénombre plus de 26 000 bryophytes (nom scientifique des mousses) sur la planète ! Née il y a quelques millions d’années d’une algue verte, la mousse fut parmi les toute premières plantes à coloniser la terre ferme. Voilà qui explique qu’elle est toujours aussi friande d’humidité. C’est du pain béni pour garnir les coins d’ombre d’un beau drapé vert, posé sur un sol auquel presque rien ne l’attache. Car la mousse n’a ni racines ni systèmes vasculaire, de simples rhizoïdes permettent son accroche sur de nombreux supports. Courant sur un vieux mur ou soulignant les dallages d’un trait de verdure, elle apporte au jardin la poésie du temps qui passe. Surface unie et malléable, elle aime les plans inclinés voire verticaux et vit de peu : l’humidité du petit matin, une pluie vivifiante… Et quand on la croit dépérit, elle n’est qu’endormie ; un souffle de rosée suffit à la ranimer.

C’est tout bio

Véritable poumon de notre planète, les mousses fixent les éléments du sol et les minéraux apportés par l’eau de pluie et contribuent partant à enrichir la terre. En prime, les oiseaux apprécient leur pouvoir isolant et absorbant pour construire leur nid et toute une micro faune trouve asile dans ses cousins verts. Aussi, si votre jardin est envahi de plusieurs espèces de mousses, c’est bon signe ! Véritable bio-indicateur, les mousses sont gage d’un environnement sain. Vertes toutes l’année, elles jouent en outre un rôle important dans la photosynthèse donc dans la production d’oxygène, été comme hiver.

Séduit ?

Alors si les mousses vous inspirent, jouez avec elles pour composer le spectacle grâce aux multiples nuances de vert et aux diverses textures qu’elles offrent. Composez votre propre patchwork, en les juxtaposant. En restant toujours soucieux de l’ombre et de l’humidité nécessaires à leur développement. Complétez le tableau de fougère, hosta, rodgersia… Et n’oubliez pas l’entretien de votre tapis vert : nettoyez le régulièrement et avec délicatesse en enlevant feuilles mortes, herbes et brindilles qui nuiraient au spectacle et feraient écran à la l’indispensable lumière du jour nécessaire à son éclat.



En cours de chargement...

Ajouter un commentaire

Vous devez vous pour pouvoir laisser un commentaire