Inscrivez-vous gratuitement
pour recevoir les newsletters gratuites et profiter des
avantages des membres
samedi 20 juillet 2019 Menu

Quel tuteur choisir ?

écrit par
En bois naturel ou en métal, droit ou spiralé, choisissez avec soin le tuteur adapté à chaque situation.

En bois naturel ou en métal, droit ou spiralé, choisissez avec soin le tuteur adapté à chaque situation.

Bien conduits, les rosiers grimpants, clématites, vignes ou simples plants de tomates, vont prendre de la hauteur et structurer en beauté votre jardin. Le parfait tuteur doit être rigide, solide, discret et suffisamment haut !


Les écologiques

Si votre jardin foisonne de plantes diverses, vous avez déjà sans le savoir quelques tuteurs sous la main. Les tiges de bambou forment de parfaits supports. Un grand nombre d’arbustes comme les noisetiers, les viornes, les saules, rejettent de la base et produisent des gourmands bien droits. Coupez-les à la base en fin d’hiver, assemblez-les en fagots à plat pour éviter qu’ils ne se courbent.  A acheter ou à fabriquer soi-même, les piquets de châtaignier ou de robinier (faux acacia !) imputrescibles sont traditionnellement utilisés par de nombreux jardiniers.


Le spiralé, quelle bonne idée !

Vous trouverez des tuteurs spiralés en métal peint ou galvanisé brut. Plantez-les en même temps sur vos plants de tomates ou vos plants de légumes grimpants. Au fur et à mesure de la croissance de la tige, faites passer doucement l’extrémité de la tige autour du tuteur. L’essentiel est de ne pas attendre. Coincé dans les spires, le pied est maintenu sans utiliser d’attaches.


Les kits modulables

A assembler par clip, les tuteurs en kits sont formés par des tiges droites ou courbées et des attaches. Ils peuvent souvent grandir avec la plante. L’essentiel est d’opter pour un système donné et de s’y tenir car les marques sont rarement compatibles entre elles. Moyennant quoi, ils offrent un nombre infini de combinaisons.


Petit rappel

Parmi les grimpantes, certaines s’accrochent par des vrilles : haricots, pois et pois de senteur, vigne, gloriosa, d’autres ont des tiges qui s’enroulent autour du support, comme le chèvrefeuille, l’ipomée, la glycine. D’autres encore s’accrochent grâce à des racines aériennes, comme le lierre. Enfin, certaines plantes sarmenteuses ont simplement de longues tiges qui nécessitent d’être attachées au support par des liens.    

En cours de chargement...

Ajouter un commentaire

Vous devez vous pour pouvoir laisser un commentaire