Inscrivez-vous gratuitement
pour recevoir les newsletters gratuites et profiter des
avantages des membres
mardi 25 avril 2017 Menu

Piège écologique à moustiques pour l'outre-mer.

écrit par
En quatre ans, j’ai diminué la population de moustique de 80%.

Quand j’ai acheté ma propriété à Nessadiou en décembre 2005, il était impossible de diner sous la terrasse sans être entouré de tortillons et badigeonné de répulsifs. Ayant un côté un peu «écolo» et aussi économe, je me suis intéressé à ce procédé. J’ai donc mis des pièges dans ma propriété.
En quatre ans, j’ai diminué la population de moustique de 80%. Nous dinons maintenant sans l’aide de répulsifs et autres …

Comment réaliser un piège à moustique ?

  1. D’abord choisir un endroit si possible à l’ombre, éloigné de nos occupations quotidiennes et de nos déplacements. Enterrer si possible le piège pour limiter l’évaporation de l’eau.
  2. Prendre un bac contenance 30 litres au minimum.
  3. Mettre au fond de la terre ou de la vase propre puis le remplir d’eau.
  4. Le recouvrir à moitié par un dessus noir ne dépassant pas 10 cm de hauteur par rapport à la surface de l’eau (le moustique adore se reproduire dans les coins sombres… protection de ses larves vis à vis des prédateurs)
  5. Mettre des plantes aquatiques (nénuphar, jacinthe, lentilles d’eau…)
  6. En dernier lieu mettre des guppys.

TRES IMPORTANT !
Toujours choisir les plantes et les poissons endémiques à l’endroit d’où l’on est, et ne pas introduire d’autres espèces qui pourraient être envahissantes et nuisibles au milieu naturel. (Se renseigner auprès des autorités locales de la protection de l’environnement)

    
Le fonctionnement du piège est alors très simple : Le moustique vole sur un rayon d’action de 100 mètres environ.
Il se reproduit plusieurs fois mais sa durée de vie est courte. Il va donc chercher l’endroit idéal pour pondre ses larves.
Attiré par l’eau et le coin sombre du piège, il va pondre ses larves en dessous des plantes aquatiques.
Dés que les larves vont commencer à se développer donc à bouger, elles seront immédiatement mangées par les guppys.
Il suffit alors de disposer plusieurs pièges dans le jardin à proximité de la maison. (aux quatre coins cardinaux)

L’an dernier, j’ai même transformé l’abreuvoir du bétail en piège !!

Les points négatifs :

  • Il faut compléter les bacs en eau régulièrement en période chaude.
  • Il faut remplacer les plantes d’eau si celles-ci périssent (à ce sujet la jacinthe ne vit pas forcément bien dans un bac… je suis obligé d’en remettre régulièrement).
  • Il faut de préférence se créer un vivier à guppy pour le complément des bacs en poissons en cas de mortalité. Mais si vous avez plusieurs pièges, surtout des grandes contenances, le vivier devient inutile.
  • Il ne faut pas compter sur la récupération de l’eau de pluie ruisselant sur les tôles galvanisées = les guppys meurent. Je pense que l’eau doit se charger un peu d’un produit toxique.


Les points positifs :

  • Ce sont des pièges écologiques.
  • Economie d’argent dans le domaine des répulsifs.
  • Un piège à moustique peut être décoratif.
  • La réalisation est relativement économique si l’on achète des bacs au premier prix.
  • Ce n’est pas la peine de nourrir les poissons à partir du moment où l’épaisseur de vase est correcte et que les plantes aquatiques sont en nombre suffisant.
  • Et surtout ils diminuent considérablement la population de moustiques sur la zone choisie !!!!!


Les photos des pièges sont également visibles sur mon blog (http://fr.netlog.com/louphurlant)

Cordialement.

Didier

En cours de chargement...

Ajouter un commentaire

Vous devez vous pour pouvoir laisser un commentaire

Nos partenaires vous proposent