Inscrivez-vous gratuitement
pour recevoir les newsletters gratuites et profiter des
avantages des membres
dimanche 17 février 2019 Menu

La nomenclature botanique

écrit par
Appelé taxonomie ou taxinomie, terme créé en 1813 par le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle.

Appelé taxonomie ou taxinomie, terme créé en 1813 par le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle.

Les noms des plantes vasculaires se composent de la manière suivante :

En premier le genre qui s’écrira avec une majuscule : Prunus
En second l’espèce qui s’écrira avec une minuscule :  Prunus persica
En troisième,

  • la sous-espèce (ssp. ou subsp. suivis de la sous-espèce en minuscule) : Prunus domestica ssp. instititia,
  • la variété (var. suivi de la variété en minuscule) : Prunus persica var. nucipersica,
  • la forme (f. suivi de la forme en minuscule) : Prunus incisa f. yamadei
  • ou le cultivar : (avec une majuscule entouré de guillemets simples) : Prunus persica ‘Robin’

Il peut arriver que :

  • la sous-espèce soit également suivie d’une variété, d’une forme et/ou d’un cultivar : Campbellii ssp. sinense var. longilobum,
  • la variété soit également suivie d’une forme ou d’un cultivar : Prunus persica var. nucipersica ‘Nectarose’,
  • la forme soit également suivie d’un cultivar : Daboecia cantabrica f. alba ‘Alba Globosa’

Les noms botaniques peuvent rappeler :

  • Une personnalité : Rosa ‘Charles de Gaulle’
  • L’origine géographique d’une plante : Aster novi-belgii (de Nouvelle-Belgique : Amérique du Nord)
  • Le nom du collecteur qui l’a introduite en culture : Verbascum chaixii (l’abbé Chaix était un botaniste)
  • Une caractéristique de la plante : Dianthus fragrans (Oeillet parfumé)

Les noms des genres sont masculin féminin ou neutre et les espèces s’y accordent : Camelia japonica, Euonymus japonicus.


La famille

Elle regroupe des plantes voisines ou des plantes d’aspect physique différent mais qui auront toujours un point commun, comme la structure de la fleur, du fruit, des organes ou métabolique.

  1. Exemple de particularité physique : Les Aceracées sont toutes des plantes ayant des nervations palmées et des étamines, en général, par nombre de 8.
  2. Exemple de particularité non visible : Les Fabacées (légumineuses) sont toutes des plantes qui sont pourvues d’hémoprotéine (fixe le dioxigène)


Le genre

Le genre regroupe des plantes ayant des affinités et représentant plusieurs caractères communs.

Une famille se compose d’un ou plusieurs genres.
Les Aponogetonacées ne se composent que du genre Aponogeton
Les Rosacées se composent du genre Rosa, Prunus, Potentilla, Rubus, Malus…

Des plantes ayant le même nom commun peuvent faire partie de plusieurs genres différents.
Pour le laurier on peut trouver par exemple : Prunus laurocerasus (laurier palme), Laurus nobilis (laurier sauce), Viburnum tinus (laurier tin)


L’espèce

L’espèce regroupe des plantes ayant une particularité majeure

Le genre se compose d’une ou plusieurs espèces.
Le genre Nandina ne se compose que de l’espèce domestica
Le genre Prunus se compose des espèces : persica, cerasiphera, serasus, avium, domestica, japonica…


La sous-espèce, la variété, la forme ou le cultivar

La sous-espèce, la variété et la forme sont des variations de l’espèce à l’état sauvage alors que le cultivar est une variation de l’espèce obtenue en culture.

  1. La sous-espèce est une variation d’ordre géographique : Abies concolor ssp. lowiana pousse plus à l’ouest que l’espèce type.
  2. La variété est une variation d’un caractère particulier au sein de l’espèce : Geranium sanguineum var. striatum (pétales à nervures striées)
  3. La forme est une variation mineure comme le port, la couleur, la forme des fleurs, des feuilles : Daboecia cantabrica f. alba (fleurs blanches)
  4. Le cultivar est issu d’un croisement, d’une mutation ou du hasard intra-espèces : Acer palmatum ‘Atropupureum’. La dénomination du cultivar est réglementé par le code international de nomenclature des plantes cultivées.


Les hybrides

Ce sont des croisements entre 2 genres ou entre 2 espèces différentes : le (x) placé devant le genre ou l’espèce indique qu’il s’agit d’un hybride.

L’hybride de genre ou hybride intergénérique :

S’il s’agit d’un croisement entre 2 ou 3 genres, le nom du genre final obtenu sera composé par les genres utilisés pour l’hybridation

  • Hybride entre 2 genres : X Mahoberberis : croisement entre Mahonia et Berberis
  • Hybride entre 3 genres : X Brassolaeliocattleya : croisement entre Brassavola, Laelia et Cattleya

S’il s’agit d’un croisement de plus de 3 genres, le nom du genre final obtenu sera terminé par le suffixe -“ara”
Hybride entre 4 genres : Potinara : croisement entre Sophronitis, Brassavola, Laelia et Cattleya.

L’hybride d’espèce ou hybride interspécifique :

Le nom de l’espèce finale obtenue sera un nouveau nom d’espèce précédé de (x) : Abelia x grandiflora : croisement entre Abelia chinensis et Abelia uniflora.

L’hybride sexuel ou chimère botanique :

Quand une plante est greffée sur une autre et qu’une nouvelle plante voit le jour alors elle est appelée chimère botanique, le signe (+) remplace le signe (x) : + Crataemespilus : Greffage entre Crataegus et Mespilus.

Les hybrides peuvent aussi être utilisés pour créer des cultivars.

  • Si la parenté est connue, on gardera le nom de l’espèce précédé du (x) : Camelia x williamsii ‘Saint Ewe’ : Croisement entre Camelia japonica et Camelia saluensis
  • Si la parenté est inconnue ou complexe, le genre sera suivi directement du cultivar : Rosa ‘Jacques Proust’ : Croisement entre Rosa multiflora et divers rosiers de Chine.


Les groupes

Le hasard des hybridations entre mêmes parents peut créer différentes morphologies. Parmi tous les résultats, certains seront choisis et obtiendront un nom de cultivar. Tous ces “frères et soeurs” n’ayant pas tout à fait la même apparence seront rassemblés dans un même groupe (comme dans votre propre famille qui possède un nom comme Dupont).
Par exemple vous pouvez retrouver le groupe des Narcisses trompette : Narcissus ‘W.P. Milner’, Narcissus ‘Waterperry’, Narcissus ‘Trousseau’...


Changement de nom


Une plante peut se voir changer de nom si :

  • une plante a mal été identifiée à l’origine
  • une plante a déjà eu une appellation antérieure (la première appellation est toujours celle qui sera gardée)
  • un nom a été donné à 2 plantes différentes
  • de nouvelles connaissances ont modifié la classification - de certains genres par exemple.

Toutes les azalées (Azalea), ont été reclassées récemment dans les rhododendrons dus aux nombreux points communs entre les 2 genres.

Les anciens noms sont indiqués dans les synonymes pour vous permettre de vous y retrouver.

En cours de chargement...

Ajouter un commentaire

Vous devez vous pour pouvoir laisser un commentaire