Inscrivez-vous gratuitement
pour recevoir les newsletters gratuites et profiter des
avantages des membres
jeudi 14 novembre 2019 Menu
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Raisin d'Amérique.

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Haute-Savoie Rhône-Alpes
    Messages
    3 575

    Raisin d'Amérique.

    Dépêche AFP de ce jour:
    A Fontainebleau, haro sur le raisin d’Amérique, désigné «peste» verte de la forêt
    REPORTAGE

    Mains gantées, armés de fourches et de bêches, des irréductibles sillonnent au petit matin la forêt de Fontainebleau pour arracher les «raisins d’Amérique», cette herbacée qu’ils tiennent pour la «peste»... sans convaincre les experts.
    «Il paraît qu’un cinquième de la forêt est touché, mais si on ne fait rien d’ici dix ans, ça peut passer à 50%», avance Jean-Claude Perrée, un retraité, d’une soixantaine d’années.
    «C’est une peste, on est à l’aube du problème, poursuit le Bellifontain, d’un ton prémonitoire. Une grande partie de l’Ile-de-France est touchée.»
    Le phytolaque est une plante invasive et toxique d’origine américaine introduite en France au XVIIe siècle. Elle croît jusqu’à atteindre 3 à 4 mètres de haut, avant de se courber sous le poids des fruits qui ressemblent à des grappes de raisins, d’où son nom. C’est après la Seconde Guerre mondiale que les premières plantes sont apparues en forêt de Fontainebleau.
    «C’est une menace dangereuse pour la régénération naturelle de la forêt, elle réduit la biodiversité, a tendance à éliminer tout ce qui est limace, ver de terre, très peu de plantes arrivent à fleurir dans son environnement, pratiquement aucun insecte ne vient s’agglutiner dessus», détaille, l’air grave, Thierry Pain, 61 ans, coordinateur du Collectif des arracheurs de raisins d’Amérique.
    Les arracheurs, qui ont minutieusement cartographié les lieux, inspectent le sous-bois: «on procède par parcelles, on fonctionne sur la base du bénévolat, mais les bénévoles il en manque, on n’arrive pas à réunir les effectifs» nécessaires à un arrachage intégral, déplore encore M. Pain, louant l’"initiative écocitoyenne» de ces irréductibles.
    «Pas une priorité»
    «On s’est lancés dans cette affaire pour donner (à la forêt, ndlr) ce qu’elle nous a donné. C’est une forêt merveilleuse, on ne veut pas que nos petits-enfants n’y trouvent que des phytolaques», justifie Jean-Claude Perrée.
    Hormis les terrains sableux du massif de Fontainebleau, les forêts voisines de Nemours et du Coquibus sont aussi touchées par le phytolaque qui se développe «de façon diffuse sur les 3/4 de l’IDF», assure François Boca de l’Agence des espaces verts (AEV).
    Sa prolifération est favorisée par des oiseaux ou par la vente en jardinerie comme plante ornementale. Déjà un million de pieds sont inventoriés par le Collectif.
    Mais les experts sont moins catégoriques quant à la dangerosité du phénomène.
    «On ne peut pas lancer des choses comme ça en l’air sans aucun fait scientifiquement prouvé», tempère Sébastien Filoche du Conservatoire botanique national du Bassin parisien (CBNBP) qui se refuse à être «alarmiste».
    «Si vraiment il y a une inquiétude», alors il faut «lancer des études scientifiques», ajoute-t-il, estimant «qu’il y a d’autres espèces beaucoup plus menaçantes pour l’environnement».
    De fait, la plupart des spécialistes jugent le phytolaque moins dangereux que le cerisier tardif ou le robinier, beaucoup plus invasifs.
    Pour l’Office national des forêts (ONF), «les effets ne sont pas connus, on suppose qu’ils sont négatifs (...) on s’associe à cette lutte, on l’encourage, mais ce n’est pas pour nous une priorité», concède Sylvain Ducroux selon lequel «engager de l’argent public dans cette lutte qui paraît vaine avec des résultats pas connus, ne paraît pas très opportun».
    "La terre n'est pas un don de nos parents. Ce sont nos enfants qui nous la prêtent"
    proverbe amérindien.

    Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
    Et les mots pour le dire arrivent aisément.
    Boileau.

    http://www.jardipedia.com/mon-jardin.php?u=885

  2. #2
    Date d'inscription
    septembre 2009
    Localisation
    Rhône-Alpes
    Messages
    5 925

    tu as bien fait de diffuser cette information ! je ne pensais pas que c'était si invasif !
    « Je n'aime pas le mot tolérance, mais je n'en trouve pas de meilleur »
    Gandhi

  3. #3
    Date d'inscription
    juin 2010
    Messages
    13 429

    Question idiote du jour : Est-ce que planter une autre invasive (mais plus "contrôlable") pas trop loin, permettrait d'aider à sa prolifération ? (Chez nous les merles ont becqueté tous les fruits, donc bien sûr, je ne parle pas de semis...)
    L'être humain étant par définition ce qu'on lui reproche, il n'y a rien de surprenant à côtoyer des imbéciles... En ces termes, qu'on me jette donc la première pierre !...

  4. #4
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages
    3 875

    j'en ai eu plein mon jardin à cause d'un plante que je trouvais jolie et que je l'aissais pousser pour voir !je fais la chasse mais j'en trouve encore car les oiseaux me font des cadeaux à moi aussi Pepe !!hihihi
    je ne crois pas qu'une autre invasive lui fasse concurrence
    la patience est un arbre aux racines amères mais aux fruits très sucrés

  5. #5
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Messages
    3 875

    on a déja eu plusieurs discussions là dessus ;j'en ai retrouvé une
    http://www.jardipedia.com/forum/show...3295#post73295
    la patience est un arbre aux racines amères mais aux fruits très sucrés

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •