PDA

Voir la version complète : des graines de 224 ans



kergueris
20/12/2012, 20h30
Le conservatoire botanique va tenter de les faire germer après deux siècles dans l’eau de mer. Une aventure scientifique à l’heure où Brest s’impose comme capitale de la biodiversité.

L’histoire
Partis de Brest en 1785, les deux navires de l’expédition scientifique menée par l’officier La Pérouse, grand explorateur de son temps, connurent une destinée tragique au terme de trois années de périple maritime. Pris dans une violente tempête, L’astrolabe et La Boussole coulèrent devant les rivages de Vanikoro, une petite île de l’archipel de Salomon.
La France envoya plusieurs expéditions à la recherche des disparus. Après plus de deux siècles, ces deux épaves furent identifiées. Des fouilles archéologiques, menées par l’association Salomon sur l’épave immergée de La Boussole, ont permis de remonter à la surface de nombreux objets. En 1986
Parmi eux, des graines de banksia collectées par le naturaliste du bord lors de la dernière escale, à Botany Bay (Australie), ont été retrouvées sur l’épave, en 1986. Le banksia est un arbuste de la famille des proteaceae. « Il existe quatre à cinq espèces à Botany Bay (actuel Sydney), estime Stéphane Buord, botaniste au conservatoire de Brest. Mais il y en a 170 dans les environs. Le banksia n’appartient pas à une espèce menacée. » D’après le conservateur, « les graines ont une longévité d’environ 35 ans ».

Après avoir séjourné 200 ans dans l’eau salée, puis avoir été conservées au musée de Nouméa, une partie des graines a gagné Brest, en décembre dernier, ville à laquelle elles étaient destinées et d’où s’élança, il y a 225 ans, l’épopée La Pérouse. « Et ce, grâce à l’historien Alain Boulaire, qui a mis en lien l’association Salomon et le conservatoire botanique, insiste Stéphane Buord. Ces graines reviennent à Brest, la boucle est bouclée ! »

« C’est une aventure extraordinaire, sourit Alain Boulaire, une aventure des temps modernes surtout à l’heure où Brest s’impose comme capitale de la biodiversité. »
Le conservatoire botanique national de la cité du Ponant a reçu cet « émouvant témoignage » de l’histoire maritime de la ville. Il va tenter d’exaucer, 224 ans plus tard, le souhait du scientifique de l’expédition La Pérouse qui avait prélevé ces banksias à Botany Bay en 1788, pour une remise en culture, en France.

Aujourd’hui, en effet, tout le monde se pose cette même question : peut-on encore y trouver des traces de vie ? Les scientifiques brestois vont explorer les potentialités germinatives de ces témoins du passé. Et ce, avec l’aide de chercheurs en biologie végétale de Vegenov (BBV) à Saint-Pol-de-Léon. « On a un protocole en tête, expose Stéphane Buord. On va travailler par étape. C’est un travail qui a déjà été réalisé mais sur des graines beaucoup moins vieilles. »

Sophie MARÉCHAL.
Ouest-France

Daphnee
20/12/2012, 21h19
Superbe histoire! J'attends impatiemment les résultats!

yola
20/12/2012, 21h28
ho!oui moi aussi j'attends les résultats ,et j'espère quelles germerons !

octave03
20/12/2012, 21h32
Ah! ces brestois,y a pas mieux!;)
Je suis certain qu'ils réussiront!

Mag10
20/12/2012, 21h36
Ca serait vraiment super si ça marchait :)

verodu73
21/12/2012, 07h48
C'est fabuleux quand on y pense :)

MonJardin
21/12/2012, 07h51
Passionnant !il semble qu'il y ai eu des essais de germination de graines très anciennes , entre autre un palmier de 2000 ans (http://sciences-technologies.lefigaro.fr/pharaons-egyptiens-chercheurs.html)
Donc on compte sur Kergueris pour nous tenir au courant des avancées des chercheurs brestois avec les graines de La Pérouse:)

Mirabelle
21/12/2012, 09h30
C'est passionnant! On va suivre ça avec attention. Merci Ker! :biz:

Pepe10
21/12/2012, 11h31
La pyramide du Louvre a poussé, paraît-il, sur un sac de sable venant de Khéops... Alors pourquoi pas ?!! Si les chercheurs cherchent, ils trouveront ! Honneur à leur Travail !

COBEE95
21/12/2012, 13h41
Super idée ! J'aimerais que ça marche. La nature est capable de magie. Il paraît qu'une des plantes dont les graines peuvent rester vivantes très très longtemps, est le coquelicot. Est-ce vrai ?

Mag10
21/12/2012, 13h59
Oui, j'ai lu que les graines de coquelicots peuvent rester plusieurs siècles en dormance :)

kergueris
25/01/2013, 13h15
il sera donc impossible de régénérer cette espèce à partir de ces graines sub-fossiles trop altérées. Cependant, bien au-delà de l’objectif premier
de ce programme, il s’avère que le protocole scientifique mis en œuvre est exemplaire et ouvre la voie à un projet de recherche original.
pour les pros
Les trois graines préparées pour l’observation étant morphologiquement et structurellement
dans le même état de conservation, la recherche s’est focalisée sur une seule graine.
L’exploration du contenu du follicule a donné des résultats étonnants. Les deux valves du follicule,
le séparateur et les ailes foliacées se sont révélées bien conservés. A l’extrémité d’une des
deux ailes foliacées, les restes d’une enveloppe ont été analysés. L’observation microscopique
a permis de révéler les structures des téguments de la graine (son enveloppe), en apparence
bien conservées. Les couches de cellules composant cette enveloppe protectrice tégumentaire
sont encore bien en place. Parmi ces tissus, des cellules sont parfaitement identifiables. La
partie interne du tégument montre une couche cellulaire palissadique composée de cellules
sclérenchymateuses et la partie externe, 3 à 4 couches cellulaires également sclérenchymateuses.
Entre ces deux tissus,les cellules observées contiennent des composés phénoliques. En revanche,
les contenus cellulaires présentent de fortes altérations : aucun noyau, aucun organite n’est
visible. Ces cellules sont mortes.
De plus, l’accolement des téguments montre que les tissus composant l’intérieur de la graine
ont été détruits. Si l’on comparait la graine à un ballon gonflé, dont la paroi externe serait
l’enveloppe tégumentaire de la semence, on constaterait que les tissus internes de la graine se
sont totalement résorbés et ont vidé le ballon de son contenu, mettant en contact les parois de
l’enveloppe. Les conditions de conservation, après 200 ans dans l’eau salée, ont détruit ces tissus
internes, seules les enveloppes subsistent.

Sand2Bx
25/01/2013, 13h18
Passionnant de savoir qu'il y a tant de choses dans une petite graine... :)

MonJardin
25/01/2013, 14h33
bon ben alors , pas de plantes à partir de ces graines de 200 ans!:(

profhorti
25/01/2013, 18h03
Merci Ker, c'est super-intéressant, cela me rappelle mes cours.

verodu73
31/01/2013, 08h11
C'est incroyable . Ça doit être passionnant de faire ce genre de recherche :)