PDA

Voir la version complète : Le Coquelicot



juju8113
01/06/2012, 08h37
COQUELICOT
Papaver Rhœas (Papavéracées)


NOMS COMMUNS :
Pavot des champs, pavot rouge, coq, mahon, ponceau.

CONSTITUANTS CHIMIQUES PRINCIPAUX :
Pigments authocyaniques rouges, alcaloïdes isoquinoléiniques.

PARTIES UTILISEES :
les pétales.


UN PEU D'HISTOIRE :

Gentil coquelicot, mesdames! Lorsque vous descendrez dans votre jardin, n'oubliez pas de cueillir ce charmant sourire vermillon que la nature en fête adresse aux hommes... C'est le rouge étendard des étés inondés de soleil; c'est la tache de sang clair des moissons d'or... Il est le symbole de la vie, de la joie, de la plénitude, du bonheur. Regardez-le : il est fier comme un coq (on en jurerait la crête!). Il peuple non seulement les blés mûrs, mais tous les terrains vagues, toutes les cultures, et rien n'est joli comme lorsqu'il pousse en gros massifs frémissants sur la croupe des collines... C'est le cousin en habit éclatant du pavot oriental; mais s'il contient bien comme lui une "vertu dormitive", ce n'est pas la dangereuse morphine, qui fait tant de ravages en notre siècle de drogues et de mal de vivre. Son principe actif à lui, c'est la rhoeadine: elle calme, elle adoucit, mais elle ne tue pas, et elle n'entraîne aucune accoutumance.

Il semble être originaire de là Bulgarie ou de la Turquie, mais on en trouve déjà des fleurs dans les tombeaux égyptiens. Les Grecs en mangeaient les jeunes feuilles en salade, et cette coutume s'est maintenue jusqu'au XVIè siècle en Italie. De nos jours, les belles fleurs à quatre pétales rouge vif et les graines légères que la plante élabore dans une capsule savamment construite, sont considérées comme légèrement narcotiques, comme propres à provoquer la sueur, comme expectorantes, comme pectorales, comme calmantes et comme adoucissantes. On a pu dire que c'est l'opium inoffensif de la pharmacie familiale. Les fleurs du coquelicot constituent l'un des ingrédients de la célèbre "tisane aux quatre fleurs", avec le pied-de-chat, la mauve et le tussilage.




DESCRIPTION :


Le Coquelicot est une plante annuelle à racine pivotante, fibreuse, blanchâtre. La tige, de 50 à 70 centimètres est cylindrique, rameuse, dressée, fragile, couverte de poils rudes. Les feuilles, alternes, sont profondément divisées en segments étroits, allongés, aigus et dentés, velus, d'un vert plus ou moins foncé, parfois jaunâtres. Les fleurs, grandes, d'un beau rouge vif, solitaires à l'extrémité des rameaux, sont visibles de mai à septembre. Le fruit est une capsule ovoïde et conique qui ren-ferme un grand nombre de petites graines brunâtres.

CULTURE ET RÉCOLTE :

Originaire de la Méditerranée orientale, le Coquelicot préfère les sols calcaires, abondant surtout dans les moissons où il fait partie des mauvaises herbes. Récoltez les pétales en prenant soin d'éliminer ceux qui sont plus clairs ou très petits. Faites-les sécher à l'ombre avec grand soin. Etalez-les en couches très minces sur un papier ou un grillage fin, dans un local sec, chaud et aéré. Au séchage la fleur prend une couleur plus foncée, lie-de-vin.


USAGES :


Le pétale de coquelicot renferme des alcaloïdes qui ont une action remarquable sur les troubles du sommeil de l'adulte et de l'enfant. Ils ont un effet sédatif qui fait disparaitre la nervosité, l'anxiété et l'émotivité. Grâce à son action douce sans aucun risque d'accoutumance, le coquelicot est recommandé pour tous, y compris les personnes âgées et les enfants. Les alcaloïdes ont également des propriétés antitussives, augmentées par la présence de mucilages très adoucissants. Le coquelicot est ainsi un calmant efficace de la toux et des irritations de la gorge.

INDICATIONS :

- NERVOSITÉ, ANXIÉTÉ, ÉMOTIVITE,
- INSOMNIE,
- PALPITATIONS CARDIAOUES,
- TOUX IRRITATIVE.

MonJardin
01/06/2012, 11h38
Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
Mais pour aimer les coqu'licots
Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :
Quand j't'aurai dit, tu comprendras !
La premièr' fois que je l'ai vue,
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu d'un champ de blé.
Et sous le corsag' blanc,
Là où battait son cœur,
Le soleil, gentiment,
Faisait vivre une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

C'est très curieux comm' tes yeux brillent
En te rapp'lant la jolie fille !
Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop
Pour expliquer... les coqu'licots !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà
Quand je l'ai prise dans mes bras,
Elle m'a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire,
Dans la lumière de l'été
On s'est aimé ! ... on s'est aimé !
Et j'ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cœur,
Qu'à la plac' du baiser
Y avait comm' une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure
Ta p'tit' histoire, et je te jure
Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot
Ni cett' passion... des coqu'licots !
Attends la fin ! tu comprendras :
Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !
Et le lend'main, quand j'lai revue,
Elle dormait, à moitié nue,
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu du champ de blé.
Mais, sur le corsag' blanc,
Juste à la plac' du cœur,
Y avait trois goutt's de sang
Qui faisaient comm' un' fleur :
Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !
Un tout p'tit coqu'licot.


Mouloudji

Thomdom
01/06/2012, 22h34
http://www.youtube.com/watch?v=Jx7WOEWeMi8

verodu73
02/06/2012, 20h41
merci Juju , j'en fais sécher pour mes infusions :);)