PDA

Voir la version complète : Hormone de bouturage bio



Thomdom
22/09/2011, 22h50
Suite à la question de MonJardin concernant le bouturage de son oranger du Mexique, j'ai parcouru la toile et y ai trouvé un article dont je connaissais déjà les astuces, sans les avoir utilisées personnellement.
Les amateurs de bouturage pourraient-ils nous dire ce qu'ils en pensent ?
J'ajoute pour ceux qui regardent :) "Stéphane et Noëlle" qu'il en était justement question dans l'émission de cette semaine.

Comment fabriquer sa propre hormone de bouturage bio ?
Le saule a la propriété de libérer de l'acide indolbutyrique - un produit naturel qui remplace les hormones d'enracinement.
Le saule contient également de l'acide salicylique, substance qui a donné l'aspirine.
Cueillez quelques branches de saule (toutes les espèces de saule produisent cette "hormone de bouturage bio"), et cassez les en morceaux de 5 à 10 cm (assez pour remplir une bonne casserole). Mettez le tout dans une casserole, remplissez d’eau jusqu’à ce que toutes les branches, soient immergées, couvrez et faites chauffer à feu très très doux pendant 2 heures sans jamais faire bouillir l’eau. Après ça laisser refroidir votre mixture avec le couvercle pendant 12 heures. Après que le mélange se soit refroidi pendant 12 heures, l'eau devrait être d’un brun foncé. Récupérez le liquide, et jeter les branches. Verser le mélange dans le réceptacle, et laissez tremper vos boutures dedans 12 à 24 heures (ce qui permettra aux boutures d'absorber entièrement l’hormone de bouturage). Et enfin, planter dans le substrat de votre choix !
Vous pourrez par la suite utiliser cette hormone de bouturage autant de fois que vous voudrez, une fois vos boutures réalisées jeter le contenu du récipient.
Et le super bonus, c'est que l'hormone inutilisée que vous venez de fabriquer peut être stockée pendant des années dans une boîte au congélateur. Prête à servir

PS : Certaines espèces fournissent du bois, apprécié notamment pour la fabrication de manches d'outils... Il peut être utile d'en planter quelques pieds si on a la place.
A défaut de saule, les jeunes pousses de ronce (les bouts blanchâtre duveteux) sont bourrées d'hormones de croissance... A hacher ou broyer.

L'aspirine contient de l'acide acétylsalicylique : agit comme une hormone pour la bonne assimilation des éléments nutritifs. Acide qui stimule les défenses, redonne de la force aux végétaux et les protège contre les bactéries et les champignons : 1 comprimé/1l d'eau, arrosez ou brumisez (n'utiliser que de l'aspirine pas d'autres molécules comme le paracétamol).

NB : à défaut, la salive qui a aussi des vertus cicatrisantes, peut également servir d'hormone de bouturage.

Autre technique intéressante :
Un grain de blé dans la tige de la bouture maintenu par un brin de raphia.
Les grains de blé fabriquent des hormones de croissance qui se diffusent dans l'eau. Pour cela faire germer quelques grains (dans un linge humide, un germoir, du coton) … jusqu’à ce qu’apparaissent le tout début des germes (points blancs). Faire ensuite une fente à la base de la bouture, dans laquelle glisser un grain. En continuant de germer il libérera ses hormones. Si la bouture est trop petite pour pratiquer une incision, « coller » ou fixer le grain de blé contre elle dans le pot, elle profitera tout de même de ses bienfaits.

kergueris
22/09/2011, 23h35
bourrées d'hormones de croissance!!je devrai peut-être en prendre ?:mdr:

plaisanterie a part,intéressant tes recherches :biz:

opusoculi
23/09/2011, 01h21
Enfant on m'a appris à faire tremper des tiges de saule fraîches disposées verticalement dans un seau ( le plus grand nombrede tiges possible). Après quelque jours on utilisait cette eau pour arroser les boutures que l'on faisait et on conservait cette eau pour continuer à les maintenir humide. En juillet, dans une conversation avec l'amie thomdom à propos de sa bouture "un peu trop longue", j'ai signalé juste en passant et à la fin, cette ancestrale recette.

D'autre part, l'observateur que je suis est persuadé ( mais intuitivement), que les Abeilles en fin d'hiver ne se ruent pas pour rien sur les Saules elles y restent trop longtemps pour ne pas y chercher autre chose de plus que le pollên. Mais sans preuve.

opusoculi
23/09/2011, 01h32
On coupe toujours les boutures 1mm sous le pédoncule de 1 ou 2 feuilles . Il y a là une petite ligne qui contient déjà quelques mollécules d'hormones.

verodu73
23/09/2011, 06h50
très à propos , très bon article , merci :)

Sand2Bx
23/09/2011, 07h52
Super article, super enseignement, je note ! :biz:

Jojoestdanslejardin
23/09/2011, 10h37
Mais dites donc !... C'es intéressant, tout ça ! :) Merci Dom et Papi. ;)

yola
23/09/2011, 12h05
merci Domi et Opusoculi (il est difficile ton nom)je note aussi !:)

MonJardin
23/09/2011, 13h35
Heimdall aussi a mis un lien vers "l'eau de saule "
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eau_de_saule

verodu73
23/09/2011, 13h43
je viens de faire chauffer 2 heures et je vais mettre à refroidir ! en tout cas , c'est vraiment une recette qui m'est très utile , mille mercis ;)

opusoculi
23/09/2011, 14h00
Opusoculi (il est difficile ton nom) !:)

opus, comme oeuvre
oculi, comme les yeux
tu te dis: 'Chopin des yeux' et tu y es...

minette
23/09/2011, 16h33
Le coup du grain de blé je l'ai vu mercredi soir avec notre ami Stéphane, merci Domi pour cet article qui ne manque pas d'intérêt. Mais où puis-je me procurer des grains de blé?

verodu73
23/09/2011, 16h57
Le coup du grain de blé je l'ai vu mercredi soir avec notre ami Stéphane, merci Domi pour cet article qui ne manque pas d'intérêt. Mais où puis-je me procurer des grains de blé?

en coopérative ma Mimi , des petits sacs , mais n'en achète pas , je vais t'en envoyer quand j'en aurai :biz:

minette
23/09/2011, 17h41
Merci ma Véro ce ne sera pas de refus ;):biz:

Thomdom
23/09/2011, 22h08
je viens de faire chauffer 2 heures et je vais mettre à refroidir ! en tout cas , c'est vraiment une recette qui m'est très utile , mille mercis ;)

Et ben dis donc, tu ne perds pas de temps...... comme d'hab ;).
Je peux trouver les grains de blé moi, mais maintenant il faut que je parte à la recherche de saules lors de mes promenades :)

opusoculi
24/09/2011, 00h00
Bonsoir toutes les deux. Vous ne préférez pas le petit sachet d'hormones ?

Tout en taillant cet après-midi mon Pistachier lentisque (débordant), je pensais qu'il pousse bien en Roussillon, j'en ai vus de très beaux dans l'Aude.

re-bonsoir

Thomdom
24/09/2011, 00h48
Vous ne préférez pas le petit sachet d'hormones ?

OH, tu me fends le coeur ;) Bonsoir ou bonne nuit c'est selon :biz:

Je vais jeter un oeil dans la garrigue puisqu'il parait qu'il y pousse le bougre.

Sand2Bx
24/09/2011, 09h12
:( Le grand saule qui jouxtait la propriété voisine a été abattu pour cause de clôture..je suis dégoûtée.

lebastertre
24/09/2011, 18h09
Suite à la question de MonJardin concernant le bouturage de son oranger du Mexique, j'ai parcouru la toile et y ai trouvé un article dont je connaissais déjà les astuces, sans les avoir utilisées personnellement.
Les amateurs de bouturage pourraient-ils nous dire ce qu'ils en pensent ?
J'ajoute pour ceux qui regardent :) "Stéphane et Noëlle" qu'il en était justement question dans l'émission de cette semaine.

Comment fabriquer sa propre hormone de bouturage bio ?
Le saule a la propriété de libérer de l'acide indolbutyrique - un produit naturel qui remplace les hormones d'enracinement.
Le saule contient également de l'acide salicylique, substance qui a donné l'aspirine.
Cueillez quelques branches de saule (toutes les espèces de saule produisent cette "hormone de bouturage bio"), et cassez les en morceaux de 5 à 10 cm (assez pour remplir une bonne casserole). Mettez le tout dans une casserole, remplissez d’eau jusqu’à ce que toutes les branches, soient immergées, couvrez et faites chauffer à feu très très doux pendant 2 heures sans jamais faire bouillir l’eau. Après ça laisser refroidir votre mixture avec le couvercle pendant 12 heures. Après que le mélange se soit refroidi pendant 12 heures, l'eau devrait être d’un brun foncé. Récupérez le liquide, et jeter les branches. Verser le mélange dans le réceptacle, et laissez tremper vos boutures dedans 12 à 24 heures (ce qui permettra aux boutures d'absorber entièrement l’hormone de bouturage). Et enfin, planter dans le substrat de votre choix !
Vous pourrez par la suite utiliser cette hormone de bouturage autant de fois que vous voudrez, une fois vos boutures réalisées jeter le contenu du récipient.
Et le super bonus, c'est que l'hormone inutilisée que vous venez de fabriquer peut être stockée pendant des années dans une boîte au congélateur. Prête à servir

PS : Certaines espèces fournissent du bois, apprécié notamment pour la fabrication de manches d'outils... Il peut être utile d'en planter quelques pieds si on a la place.
A défaut de saule, les jeunes pousses de ronce (les bouts blanchâtre duveteux) sont bourrées d'hormones de croissance... A hacher ou broyer.

L'aspirine contient de l'acide acétylsalicylique : agit comme une hormone pour la bonne assimilation des éléments nutritifs. Acide qui stimule les défenses, redonne de la force aux végétaux et les protège contre les bactéries et les champignons : 1 comprimé/1l d'eau, arrosez ou brumisez (n'utiliser que de l'aspirine pas d'autres molécules comme le paracétamol).

NB : à défaut, la salive qui a aussi des vertus cicatrisantes, peut également servir d'hormone de bouturage.

Autre technique intéressante :
Un grain de blé dans la tige de la bouture maintenu par un brin de raphia.
Les grains de blé fabriquent des hormones de croissance qui se diffusent dans l'eau. Pour cela faire germer quelques grains (dans un linge humide, un germoir, du coton) … jusqu’à ce qu’apparaissent le tout début des germes (points blancs). Faire ensuite une fente à la base de la bouture, dans laquelle glisser un grain. En continuant de germer il libérera ses hormones. Si la bouture est trop petite pour pratiquer une incision, « coller » ou fixer le grain de blé contre elle dans le pot, elle profitera tout de même de ses bienfaits.
Bonjour,
Au sujet des hormones de bouturage "bio" j'ai vu Stéphane faire sa superbe démonstration (je l'adore mais il est parfois un peu trop poète) je reste septique vis à vis du grain de blé - certes il produit des hormones naturelles mais pour avoir utilisé celles-ci lorsque je travaillais en pépinière de multiplication je sais à quel point le dosage est important(un mauvais dosage peut- être plus néfaste qu'utile) et là pas de maitrise du dosage. Ensuite le petit grain de blé risque fort d'être à terme l'hôte de pourritures qui risquent de gagner la bouture. Depuis longtemps je suis adepte de l'observation des plantes et chaque plante a un stade végétatif favorable au bouturage (moment où la plante est naturellement riche en hormones) c'est souvent lors de la montée à fleur.
Ensuite il est souvent préférable de maitriser totalement le milieu de bouturage (température, luminosité, humidité, substrat..)
et la préparation de la bouture souvent trop grande et dans du bois au bon stade végétatif.
Je pense que je vais préparer des fiches techniques sur mon site j'aime beaucoup le bouturage herbacé et ce fût lorsque j'étais étudiant mon sujet de fin d'étude.
Je suis critique mais je vais tout de même essayer la technique car elle me parait intéressante.

opusoculi
24/09/2011, 22h42
Parfait.
Un mot sur la maîtrise du substrat, (gros sable+ tourbe ), elle consiste à le faire sècher complètement puis à le chauffer à 80° ou plus, de sorte que les germes, bactéries et autres soient éliminés. Il y a ainsi moins d'échecs.
Qu'en penses tu ?

Thomdom
25/09/2011, 02h18
Je pense que je vais préparer des fiches techniques sur mon site

Génial et merci d'avance. N'oublie pas de nous le dire lorsque cela sera fait au cas où nous n'allions pas tous les jours sur ton blog. Tu sais Daniel, on aime bien la critique quand elle est justifiée. C'est comme ça que l'on progresse.

Pupuce : "Un mot sur la maîtrise du substrat"
Pour une fois (n'est pas coutume), ça je savais qu'il fallait éliminer les risques de cette façon. ;)

lebastertre
25/09/2011, 07h02
Parfait.
Un mot sur la maîtrise du substrat, (gros sable+ tourbe ), elle consiste à le faire sècher complètement puis à le chauffer à 80° ou plus, de sorte que les germes, bactéries et autres soient éliminés. Il y a ainsi moins d'échecs.
Qu'en penses tu ?
Je ne le pratique pas mais c'est surement une bonne chose.
J'utilise comme substrat un mélange sable de rivière (Loire) et tourbe blonde (de sphaigne) 1/2 1/2 pour les arbustes et plantes molles 2/5 S 3/5 T pour les conifères et 1S 2T pour les bruyères azalées et autres rhododendrons.Le sable et la tourbe étant considérés comme à peu près stériles au départ. Ne pas oublier le suivi des boutures et l'élimination quotidienne des feuilles sèches boutons floraux enfin tout ce qui peut développer des moisissures.

Sand2Bx
25/09/2011, 10h18
Chic, avec vos conseils avisés, on va faire de belles boutures qu'on pourra ensuite offrir à ses amis. :) Merci

Mag10
25/09/2011, 10h54
Parfait.
Un mot sur la maîtrise du substrat, (gros sable+ tourbe ), elle consiste à le faire sècher complètement puis à le chauffer à 80° ou plus, de sorte que les germes, bactéries et autres soient éliminés. Il y a ainsi moins d'échecs.
Qu'en penses tu ?
Je crois qu'Heimdall nous a parlé du chauffage du substrat une fois ou deux. Il le passe au four ;) Promis, l'an prochain je le fais pour mes semis :)

opusoculi
25/09/2011, 11h22
Je ne le pratique pas mais c'est surement une bonne chose.
J'utilise comme substrat un mélange sable de rivière (Loire) et tourbe blonde (de sphaigne) 1/2 1/2 pour les arbustes et plantes molles 2/5 S 3/5 T pour les conifères et 1S 2T pour les bruyères azalées et autres rhododendrons.Le sable et la tourbe étant considérés comme à peu près stériles au départ. Ne pas oublier le suivi des boutures et l'élimination quotidienne des feuilles sèches boutons floraux enfin tout ce qui peut développer des moisissures.

Deux autres précisions:
Attention à l'eau d'arrosage, elle doit être très propre ! attention à l'eau des récupérateurs.
L'élimination des feuilles et boutons est délicate parce que on risque faire bouger la bouture,au stade de la formation des premières radicelles , la taille produit une secousse, voilà encore une cause d'échec. D'ailleurs en les manipulant, poche ou changement de place on ne prend pas assz garde à ne pas les toucher (ne pas porter de larges manches)

Que penses-tu du rempotage à deux ou trois mois pour enrichir ou changer le substrat ?.
Si f'étais bouture... je m'impatienterais de devoir attendre un an avant qu'on me permette de me lancer, j'en vois souvent expirer...

heimdall
25/09/2011, 12h29
Nan je stérilise avec de l'eau bouillante le substrat pour certains semis. En fait je fais ça quand je n'ai pas beaucoup de graines pour une espèce que je veux absolument. Sinon je joue toujours la carte de la sélection naturelle. Pour ce qui est du bouturage je ne m'embête vraiment pas, et je le fais presque toujours en pleine terre sans hormone. Je grossis juste un peu les quantités pour compenser les pertes.

opusoculi
25/09/2011, 14h14
Ici dans un esoace arboré, il y a tellement d'oiseaux de toutes sortes que des boutures en pleine terre ne resteraient pas en place plus de quelques jours....

Mag10
25/09/2011, 14h19
Ca c'est parce que tu n'as pas la bonne méthode...:D :D :D

heimdall
25/09/2011, 17h07
Pour ma part, et je touche du bois, les oiseaux n'ont jamais fait vraiment de dégâts dans mes boutures. C'est surtout pour les semis où ça pose problème.
Le truc c'est quand les voisins utilisent un peu trop les petites billes d'engrais. Certains oiseaux trouvent ça à leur goût et ont compris qu'il y en avait surtout sous les jeunes plantations.

opusoculi
25/09/2011, 19h37
Tu crois vraiment que les oiseaux picorent les billes d'engrais comme du blé ???
Tu m'étonnes. Ici ils préfèrent le raisin, les graines de Laurier sauce et mes pots pour maintenir leur bec humide à l'heure de la sieste.

lebastertre
25/09/2011, 20h34
Deux autres précisions:
Attention à l'eau d'arrosage, elle doit être très propre ! attention à l'eau des récupérateurs.
L'élimination des feuilles et boutons est délicate parce que on risque faire bouger la bouture,au stade de la formation des premières radicelles , la taille produit une secousse, voilà encore une cause d'échec. D'ailleurs en les manipulant, poche ou changement de place on ne prend pas assz garde à ne pas les toucher (ne pas porter de larges manches)

Que penses-tu du rempotage à deux ou trois mois pour enrichir ou changer le substrat ?.
Si f'étais bouture... je m'impatienterais de devoir attendre un an avant qu'on me permette de me lancer, j'en vois souvent expirer...

Je suis plutôt d'accord avec heimdall j'ai tendance à faire confiance à la nature j'ai appliqué pendant des années les mises en garde que l'on trouve dans tous les livres "sérieux" (et qui sont souvent sponsorisés par les marchands de produits divers et variés destinés à rendre service) sans avoir de meilleurs résultats que depuis que j'ai jeter tous ces conseils aux orties( que j'adore). J'arrose avec de l'eau de mon puit ou de ma citerne comme cela tombe, je réutilise mes terreaux (ho!) et mes godets. Je n'ai pas plus pas moins de problèmes sanitaires qu'avant.
Pour ce qui est de rempotage mes plantes n'attendent pas (sauf si je suis débordé). Dès qu'elles présentent des signes d'impatience - feuillage qui jaunit - croissance limité je rempote. (J'abandonne d’ailleurs progressivement les pots plastiques pour les pots de terre que j'enterre dans du terreau (de ma fabrication). L'alimentation des plantes est plus facile à gérer (car j'utilise de moins en moins d'engrais). Eh oui je fais ma crise de décroissance.

opusoculi
25/09/2011, 22h18
merci de nous livrer ton expérience.
Tes plantes et leur nombre n'ont pas l'air en décroissance.

heimdall
26/09/2011, 06h54
Je dis ça parce qu'en BTS on s'est fait réprimander, parce que soit disant on arrachait les petites fleurs du jardin à la française à coté (grand blottereau à Nantes). Le cpe a fait sa petite enquête et a espionné. Il s'est rendu compte que c'était des corneilles qui apparemment adoraient les billes d'engrais et défaisaient toutes les plantations.

Pepe10
26/09/2011, 21h03
Je ne souhaite surtout pas dévier de cet échange entre pros mais les billes d'engrais ne sont-elles pas d'une formule trop concentrée pour un gésier de piaf ?

opusoculi
27/09/2011, 02h40
Il est vrai qu'elles ont une curiosité pour les objets assez développée, elles et les Corbeaux sont bien capables d'en emporter , bien qu'ils préfèrent les noix, de là à consommer de ces billes...mais si elles le faisaient ce ne serait qu'une coutume locale qu'une maline aurait apprise aux autres et pas encore une pratique généralisée chez tous les volatiles. Quoi-que , elles et les Corbeaux savent bien laisser tomber les noix sur le béton des pistes des aéroports et sur les routes pour les casser; peut être que les Corneilles de Nantes trouvent amusant d'exercer la force de leur bec en faisant craquer les petites billes d'engrais . Comme il entre un peu de mimétisme dans les comportements de tous les oiseaux,pourquoi pas.
Je trouve cette histoire très cocasse, excuse-moi d'y trouver l'occasion d'exercer ma prose
ce n'est pas mon intension que ce soit à tes dépends, il arrive parfois aux enseignants (dont j'ai été) de développer entre eux des savoirs , que nous dirons locaux. Chut, il faut les cajoler tout de même !

Ici les Merles après s'être gavés de baies s'acharnent sur le BRF où il n'y a rien à manger, s'enfouissent jusqu'au cou dans le terrau et m'interdisent tout semi, alors je les recouvre de voiles d'hivernages puis de plaques de verre soulevées par des petits piquets.

jako
28/09/2011, 16h46
hé hé :) excelllent!!! j 'adore ce type d'astuces!!!!!

opusoculi
28/09/2011, 18h02
Nous n'avons pas encore eu l'honneur... Il y a parfois ici des anecdotes suaves, va voir dans 'culture' histoite des Acers au cimetière.