PDA

Voir la version complète : des Acers palmatum au cimetière



opusoculi
07/09/2011, 18h30
J'ai pu voir au Japon des cimetières anciens. Je repense à celui entre Ueno et Asakusa à Tokyo que j'ai trouvé un peu par hasard un matin d'aout en me laissant conduire par plusieurs alignement de lanternes rouges dont j'ignorais la signification. Je suis entré dans un espace ombragé aux limites imprécises et sans porte ni géométrie pas même un allée, où sur un sol sans herbe mais couvert de mousses se détachaient dans une sorte de désordre plein de goût des pierres manifestement choisies qui me parurent chargées d'intensions. Je réalisais là que je me trouvais dans un cimetière et qui plus est un ancien.
Je n'aime pas les cimetières et ne m'y rend pas volontiers mais celui-là était imprégné de trop d'esthétigue pour ne pas m'intéresser. Cela ressemblait plus à un parc où des petis jardins japonais auraient été au petit bonheur assemblés. Chaque pierre possédait son originalité et certaines portaient des idéogrammes gravés, dont le style me parut recherché; j'imaginais être devant les dernières volontés de lettrés et sans les comprendre je sentis monter une émotion inhabituelle, d'autant qu'une vraie collection d'Erables palmatum ponctuait l'espace de leurs petits airs penchés et dodelinaient leur valeur sure auprès et au dessus des petits rochers mémoriaux. Sous le charme de la topographie de ce lieu sans aucune géométrie ni symétrie , je craquais...

En même temps la scène n'était pas triste du tout, il y avait deux tables revêtues de rouge et des sièges. Des familles japonaises étaient là assises et d'autres sur le sol à même la mousse pique-niquaient sur des nappes de couleur; on parlait fort et on riait des bonnes histoires que certainement on se racontait; les enfants couraient criaient, on les laissait s'amuser et se détendre sans le prendre pour un manque de respect dû aux ancêtres , bien au contraire. J'appris un peu plus tard que les âmes des morts revenaient pour les trois jours du" O-bon" et qu'il est de coutume de fêter leur retour par une danse ,"bon odori', qui les libére de leurs tourments. J'appris aussi que les lanternes que j'avais suivies le matin montraient le chemin aux âmes pour retrouver leurs familles. Le soir même me promenant le long de la Sumida , je vis les mêmes petites lanternes rouges mais sensées cette fois montrer le chemin le long de la rivière vers la mer pour reconduire ces âmes d'où elles venaient.

Je me pris alors , tout en prenant la photographie des compositions d'érables et de pierres les plus remarquables et de quelques unes plus humbles, à penser que cette esthétique concernant le repos des morts était plus enviable que la nôtre et , quant à reposer, autant le faire dans des condition plaisantes, je veux dire à l'ombre, avec de la mousse et surtout un petit Erable qui remue doucement ses feuilles au dessus de notre tête comme s'il la caressait encore; et j'essuyais vite une larme en pensant que ce ne pourrait pas être le cas.
Et si ça se pouvait , alors pour agrémenter la compagnie d'un petit Erable , je choisirais une pierre et y ferais graver ces derniers mots que Jacques Derrida fit prononcer le jour de ses obsèques: "D'où que je sois je vous souris".


google: japon O-bon days/choisir Français
Ma photothèque argentique n'est pas numérisée.

Mirabelle
07/09/2011, 20h04
Très beau texte, agréable à lire. Tu as un vrai talent d'écrivain.
Cette tradition japonaise est, en effet, pleine de poésie, de charme et même de gaîté. Rien à voir avec notre Toussaint qui, pourtant, est un jour de fête aussi.

Pepe10
07/09/2011, 21h06
Tu as dû (et certainement l'es-tu toujours) être "remué" par ce vécu ! Si j'en avais la compétence, je te graverais cette pierre............. mais y'a pas l'feu hein mon Pupuce ;) :biz:

opusoculi
07/09/2011, 21h09
Appelons ça 'poésie' sans en adopter la forme et 'essai' au sens de Montaigne qui se posait des questions sur nos usages en découvrant d'autres coutumes que les-nôtres.
Sans autre ambition que d'être conséquent avec moi-même .
Une autre fois je ferai sur le même ton quelque chose sur les oiseaux migrateurs et les hirondelles en particulier, les façons que nous avons de leur interdire de faire leurs nids chez nous (sans même nous en rendre compte) mérite réflexion..
Chère lectrice bonsoir
Papi japon

opusoculi
08/09/2011, 02h47
Si j'en avais la compétence, je te graverais cette pierre............. :
Très sympa. Je t'imagine en train de ... marteler ma pierre...
Mais rien ne presse, prends surtout bien ton temps...

verodu73
08/09/2011, 06h42
merci pour ce texte qui nous emmène avec toi et ton ressenti est si fort qu'on le partage secrètement , délicatement au rythme de tes pas ...j'ai adoré et suis en accord avec ce que tu narres:)

Jojoestdanslejardin
08/09/2011, 10h31
Ou comment se laisser guider par les mots, tes mots en l'occurrence, Papi... Il n'y a qu'à se laisser aller au fil du récit pour en apercevoir les détails et se croire en ta compagnie. :)

J'ai beaucoup aimé.

Thomdom
08/09/2011, 11h37
En lisant ton texte qui m'a beaucoup émue, je voyais les photos de ton jardin et je pensais : "avec une telle sensibilité, il y serait heureux"........ mais dans très très très longtemps bien sûr.

opusoculi
08/09/2011, 13h43
Merci d'avoir suivi cette périgrination méditative, votre adhésion est comme celle que j'éprouve aux choses de ce monde, tels ces Acers que l'on emporterait bien en Paradis si la porte en était ouverte...
J'ai raconté un jour cette promenade à une amie japonaise (Yuka, elle qui a su le mieux me montrer comment arroser les petit Erables)* ainsi que deux autres promenades que cette première me donna l'envie de faire pour saluer la mémoire de deux écrivains japonais et elle me dit " tu as dû être japonais dans une vie précédente"; sans y croire, je crus bien entendu à son compliment.

*- " très peu, pas beaucoup, juste un tout petit peu,presque pas mais partout sur la surface, lentement, sans déranger la terre, pas profond, sans que ça déborde, comme ça avec une petite louche,sans se presser, il faut bien sur que l'eau soit à côté, c'est mieux tout près,et même tout contre, il ne faut pas que ce ne soit pas une corvée et en laissant l'outil sur place pour pas aller le chercher, ainsi c'est un plaisir, on peut le faire souvent, chaque fois que l'on passe , et c'est rigolo ! Enfin nous c'est comme ça que ça marche..."

Mirabelle
08/09/2011, 20h09
Un arrosage tout en délicatesse et raffinement, comme une cérémonie, ce qui me fait penser à celle du thé.

Bomberman
10/09/2011, 03h34
Sympa ton ode à la vie toute en harmonie des nippons avec la nature!

Rien (ou presque) dans la société japonaise n'est hasard : tous les "mariages" de plantes et de pierre obéissent à des codes complexes et souvent opaques pour nous, occidentaux (et je m'inclus dans cette catégorie même si mon apparence dit le contraire).

Pepe10
10/09/2011, 14h12
Mais tu as le "Sens" et la "Pensée" mon Copain ! ainsi que toutes les autres valeurs qui vont avec........ colère et/ou aigreur ne sauront que disparaître au fil de tes créations ;) :biz:

opusoculi
10/09/2011, 16h15
... colère et/ou aigreur ne sauront que disparaître au fil de tes créations ;) :biz:
Elles ont déjà disparu ; en reste l'émotion.

opusoculi
10/09/2011, 17h26
la vie toute en harmonie des nippons avec la nature!

).

et une certaine harmonie aussi des japonais entre eux.
Pique nique dans le jardin d'un temple de Kyoto. On est en Novembre , le but est de voir les couleurs des Acers. Les moines ont disposé des tables. Pardon. Nous prenons toujours pour des tables ce qui est pour eux des sièges...